10 C
Paris
jeudi 29 septembre, 2022

Quel business faire avec la Chine ? E-commerce ?

Business Quel business faire avec la Chine ? E-commerce ?

Le géant économique

En 2018, le PIB de la Chine a augmenté pour atteindre 13 407 milliards de dollars, soit 15,8 % du PIB mondial (selon l’IGF), contre un maigre 1 % en 1976.

Les estimations de la croissance du PIB en 2019 se situent autour de 6,3 %, en légère baisse par rapport aux 6,6 % de 2018. (source Coface). Ainsi, la Chine est devenue la deuxième plus grande économie du monde et pourrait dépasser les États-Unis d’ici 2030. Plus de 40% du PIB chinois est généré par le secteur commercial. En accumulant des excédents commerciaux massifs, la Chine s’est hissée au rang de leader mondial des exportations et est désormais le premier importateur mondial.

Une classe moyenne et une population en pleine expansion

On estime à 1,4 milliard le nombre de personnes vivant en Chine en 2019, la classe moyenne représentant entre 250 et 400 millions de personnes. Cette classe moyenne s’intéresse de plus en plus aux produits importés et voyage également plus souvent vers des destinations en dehors de la Chine, ce qui crée des opportunités importantes pour les entreprises des secteurs de l’agriculture et de l’alimentation, ainsi que pour le marché des produits de luxe et l’industrie du tourisme. Pour l’année 2018, la Chine est le pays qui compte le plus de milliardaires par habitant (658).

Une économie très diversifiée

Les secteurs manufacturier et agricole continuent de tirer l’économie chinoise. Environ un tiers de la population active est employée dans l’agriculture, et le secteur contribue à hauteur de 9 % au PIB. Comme la Chine possède un sous-sol riche en ressources énergétiques, l’industrie minière joue un rôle important dans l’économie du pays. Près de la moitié du PIB de la Chine provient de l’industrie manufacturière et de la construction. Pendant près de deux décennies, le faible coût de la main-d’œuvre en Chine a fait de ce pays un lieu attrayant pour les multinationales qui souhaitent y délocaliser leurs installations de production. Toutefois, à mesure que le coût de la main-d’œuvre chinoise augmente, plusieurs multinationales se tournent vers d’autres régions d’Asie pour réduire leurs coûts.

De plus en plus à la pointe de la technologie et de la prestation de services…

Le siège de plusieurs sociétés mondiales et organisations internationales est situé en Chine. Elle progresse rapidement dans l’établissement de pôles d’innovation technologique. En 2019, la Chine est classée au 16e rang mondial par l’indice Bloomberg G20, mais on peut supposer que le pays continuera à progresser dans les classements au cours des prochaines années. Les consommateurs chinois continuent de montrer une forte préférence pour les produits importés uniques et de grande valeur, offrant des opportunités commerciales incontournables pour ces industries.

Fort de l’expérience développée avec succès aux Etats-Unis avec Texas A&M University en matière d’innovation, l’AWEX a été membre fondateur en 2013 d’un réseau mondial d’innovation ouverte (Open Worldwide Innovation Network ou OWIN. www.openiwin. com), unique en son genre, et qui regroupe autour de quatre membres exécutifs les Etats-Unis (Texas A&M University), l’Europe (AWEX), l’Australie (Queensland Innovation and Trade) et la Chine (Coway émanation privée de Tsinghua University en matière de transfert de technologie). Des membres associés en Wallonie font également partie de ce réseau. C’est le cas du WSL, un des meilleurs accélérateurs d’ingénierie B2B en Europe et dans le monde, et du réseau d’agents de liaison scientifique (ALS) mis en place par WBI avec l’aide de l’AWEX. Le séminaire de Pékin sur le transfert de technologie et les échanges commerciaux est organisé par Coway International TechTrans. La Wallonie se trouve ainsi en pole position vis-à-vis de la Chine et ses entreprises disposent des moyens nécessaires pour suivre le développement rapide du pays.

Des projets de construction chinois ambitieux : Belt and Road Initiative (BRI), Made in China 2025, organisation d’événements internationaux

La Belt and Road Initiative (appelée auparavant « One Belt, One Road (OBOR) ») est une initiative stratégique ambitieuse du Président chinois XI Jinping – une adaption de l’historique route de la soie qui pourrait semer les graines d’une nouvelle ère géopolitique. La Chine a construit le plus grand réseau ferroviaire à grande vitesse du monde, avec 4 800 kilomètres de voies reliant 100 villes. 126 pays et 29 organisations internationales ont signé des accords de coopération avec la Chine avant le début de l’année 2019.

La stratégie « Made in China 2025 » du gouvernement chinois a été dévoilée en 2015 avec l’objectif de transformer l’économie chinoise d’une « usine mondiale » à un « producteur à haute valeur ajoutée. »

La Chine accueillera également les Jeux olympiques d’hiver de 2022 à Pékin, en février (Pékin 2022).

Croissance des achats en ligne en Chine

Les ventes en ligne ont connu une augmentation spectaculaire en Chine, ce qui en fait le plus grand marché de consommation en ligne au monde. En 2020, 80% de la population active chinoise surfera sur Internet et les analystes estiment que 70% de cette population connectée fera ses achats en ligne. Une somme d’argent stupéfiante : 5 000 milliards de dollars. C’est plus que les ventes en ligne combinées des États-Unis, de l’Allemagne, de la France et du Japon.

Et la propriété intellectuelle dans tout ça ?

Si la Chine reste en tête de la contrefaçon dans le monde (ses produits représentent plus de 80 % des saisies aux frontières de l’UE), il n’en est pas moins vrai qu’elle est devenue un acteur majeur dans le monde de la propriété intellectuelle (PI) en se plaçant en tête de tous les classements des dépôts de PI. Des cours et tribunaux compétents en matière de PI ont vu le jour et sont désormais chargés de traiter un grand nombre d’affaires.

Ce sujet sera traité en profondeur lors du séminaire sur la propriété intellectuelle et le commerce international. Un grand nombre de professionnels de Wallonie-Bruxelles interviendront sur des sujets tels que la réglementation, les efforts de la Chine pour faciliter les échanges technologiques et commerciaux, et les partenariats commerciaux réussis entre la Wallonie et la Chine.

Les échanges de marchandises entre la Wallonie et la Chine, et plus généralement l’Europe, dans le contexte de la montée des tensions commerciales mondiales Chine-USA

La Chine a été le premier marché de la Wallonie dans la région Asie-Pacifique et le treizième marché global du pays en 2018. 547 millions d’euros en 2019, contre 413 millions en 2018 et 660 millions d’euros en 2017. (estimation 6 mois). Les machines et équipements (23,3 %), les produits pharmaceutiques (18,7 %), les métaux communs et la construction (17,3 %), la chimie (11,5 %) et l’agriculture (10,4 %) étaient les principaux secteurs économiques en 2018.