10 C
Paris
jeudi 29 septembre, 2022

Quelles sont les particularités d’un smart building ?

Questions informatiques Quelles sont les particularités d'un smart building ?

Selon les experts, « la notion de bâtiment intelligent correspond à l’intégration de solutions actives et passives pour la gestion de l’énergie, visant à optimiser la consommation tout en renforçant le confort et la sécurité des occupants du bâtiment dans le respect de tous les codes et normes applicables. » (DRIEE)

Les bâtiments intelligents modernes présentent plusieurs caractéristiques qui vont au-delà de la seule gestion de l’énergie. Il s’agit notamment de

La gestion de l’accès et de la sécurité du bâtiment,

La connectivité Internet (excellente),

Interaction humaine avec l’environnement bâti via des objets en réseau, des apps mobiles et des capteurs….

La collecte et l’analyse des données humaines à l’aide d’une base de données centralisée. Traduit en anglais, « smart building » signifie la même chose. Cependant, il est important de noter que les termes anglais « intelligent building » et « smart building » sont distincts ; le second est souvent considéré comme la forme plus avancée du premier.

 

Réseau d’énergie intelligent et domotique

Réseau de distribution d’électricité (smart grid) « Réseau de distribution d’électricité dans lequel les avancées technologiques permettent de maximiser les profits en faisant correspondre l’offre et la demande entre les producteurs et les utilisateurs. Un réseau électrique plus sûr est celui qui peut détecter et isoler rapidement les problèmes, comme le permet un réseau intelligent. En outre, les utilisateurs d’un tel réseau sont en mesure de réduire leur consommation d’énergie aux heures de pointe. (Le Dictionnaire officiel français de la langue anglaise)

Selon un rapport récent, « Le marché des réseaux intelligents correspond à l’intégration des nouvelles technologies de l’information et de la communication dans les réseaux électriques. » (DRIEE)

Contrôler, automatiser, programmer son logement, tel est l’objet de la domotique, un sous-domaine de la construction. Issu de l’intégration de la programmation informatique dans la vie quotidienne, ce domaine est relativement récent. Climaison

Ville intelligente

Une ville intelligente, ou smart city, est « un lieu urbain développé qui génère une croissance économique soutenue et une qualité de vie élevée en atteignant des performances de classe mondiale dans un certain nombre de domaines critiques, notamment l’économie, les transports, l’environnement, la santé et le bien-être des personnes, le mode de vie et la gouvernance. Le capital humain et social, ainsi que les technologies de l’information et de la communication et les infrastructures de soutien, peuvent tous contribuer au succès dans ces domaines. Extrait du « Business Dictionary » Pour réaliser le plein potentiel d’une ville intelligente, tous ses réseaux – y compris ceux de ses bâtiments individuels – doivent être interconnectés.

Caractéristiques

C’est ce qui donne son intelligence à un bâtiment :

Afin d’améliorer la fonctionnalité du bâtiment, une structure intelligente intègre des composants passifs et actifs.

Les éléments les plus précieux ont tout à voir avec la technologie de pointe :

Contrôle à distance des systèmes à commande centralisée Systèmes de gestion de l’environnement

Gestion intégrée de la maintenance (système d’alerte d’automatisation et d’intervention humaine).

Dispositifs connectés à l’Internet et au cloud.

Compteurs et capteurs sans fil

L’Internet des objets* (IoT)

Logiciels de gestion de bases de données

Méthodologies pour les informations librement disponibles

Logiciels d’analyse

Dès leur installation, les composants passifs améliorent l’efficacité d’un bâtiment sans nécessiter aucune interaction des systèmes de gestion du bâtiment.

Instructions pour l’orientation du bâtiment

Création de l’isolation du bâtiment

Les fournitures du bâtiment…

Moins de services : Les services associés aux bâtiments intelligents se répartissent en trois grands groupes :

La gestion du bâtiment consiste à ajuster les ressources immobilières disponibles pour répondre aux besoins des occupants du bâtiment tout en augmentant la sécurité, le confort et l’efficacité tout en réduisant les coûts globaux.

Réaliser des audits et confirmer que les structures sont conformes aux normes et que les solutions déployées fonctionnent comme prévu sont des étapes essentielles du processus d’audit et de certification.

Des prestations adaptées à vos besoins : Fourniture de services individualisés et flexibles aux résidents. L’éducation et l’analyse de l’information afin d’adapter mieux et plus précisément les services fournis. Un exemple de cas d’utilisation est une application sur le smartphone d’un employé qui contrôle le climat du bureau en faisant, par exemple, la moyenne des préférences de température de chacun et en envoyant ces données aux capteurs du bâtiment pour qu’ils puissent régler le thermostat. En parallèle, l’application d’un prestataire de services traite les données entrantes et renvoie des rapports relatifs aux nombreuses offres de services de l’entreprise (notamment les services d’actifs, les services généraux, les occupants, etc..

Les caractéristiques d’une structure intelligente aujourd’hui

Des systèmes de gestion des bâtiments modulaires et évolutifs ainsi que du matériel et des logiciels permettant une adaptabilité maximale.

Empreinte carbone trop faible ; les bâtiments écologiques réduisent à la fois les coûts énergétiques et la pollution.

Des utilisations variées : Un bâtiment intelligent idéal est un complexe à usage mixte qui abrite diverses entreprises, bureaux, appartements, installations de loisirs, etc.

Un lien avec l’ère numérique : Un bâtiment intelligent dispose non seulement d’une connexion internet de qualité, mais aussi des dispositifs et infrastructures nécessaires pour rendre cette connexion accessible de n’importe où (par smartphone, tablette, écran ou autre objet connecté).

La façon dont les structures communiquent entre elles : Le développement du bâtiment intelligent n’est plus compartimenté ; il communique et collabore avec le développement d’autres bâtiments (via, par exemple, le partage de l’infrastructure de connectivité, l’incorporation dans un réseau intelligent unique et l’échange de données).

Le bureau basé sur le cloud : Un écosystème d’employés est hébergé à l’intérieur d’un bâtiment intelligent.

La gestion de l’environnement personnel : Le travailleur peut gérer à distance son environnement de travail via des commandes dans sa chambre ou, plus récemment, une application pour smartphone connectée aux systèmes de gestion du bâtiment et d’analyse des données.

Data sharing : Les systèmes permettent l’accès et le partage d’un des données : Aux occupants afin de faciliter leur organisation et leur permettre de mieux utiliser l’espace. Les fournisseurs, afin qu’ils puissent créer des applications pour la gestion des installations, les services d’actifs, les services aux locataires et d’autres utilisations, dans le but d’analyser les modèles de comportement des locataires par rapport à leur lieu de vie.

Impliquer les parties et la chaîne de valeur dans le bâtiment intelligent

L’une des clés du succès d’un bâtiment intelligent est la coopération de nombreux acteurs différents qui contribuent tous à la chaîne de valeur du bâtiment. Ces derniers ont une propension croissante à collaborer les uns avec les autres sur des projets.

Les différents acteurs sont répartis en sept catégories distinctes :

Maîtrise du travail

Maîtrise de son métier

Métiers du bâtiment

Fournisseurs de papier de verre technologique

Installateurs experts et/ou intégrateurs de systèmes

Prestataires de services

Utilisateurs

Bâtiments intelligents : Les chiffres

Selon Smart City, d’ici 2026, le marché mondial des services spécifiques aux villes intelligentes aurait atteint 225 milliards de dollars. Selon des études récentes (Navigant, 2017)

le marché mondial des bâtiments intelligents devrait atteindre 24,7 milliards de dollars d’ici 2021. Selon les recherches (Intelligent Building Systems & MarketsandMarkets, 2017), les bâtiments intelligents ont le vent en poupe.

Les trois secteurs économiques les plus importants sont les bureaux, les écoles et les hôpitaux. En France, les bâtiments commerciaux, les établissements d’enseignement et les établissements de santé représentent ensemble 50 % des revenus des bâtiments intelligents.  » (Memoori, 2013)

Les trois principaux moteurs de l’investissement dans les bâtiments intelligents sont :

La réduction des dépenses (44 %).

Le bonheur des clients (22 %).

L’amélioration de l’aspect technique des opérations et de la maintenance (21 %).